Altcoins

Everipedia pourrait remplacer Wikipédia

Everipedia, le Wikipédia de la blockchain

Everipedia pourrait prendre la place qu’occupe actuellement Wikipédia dans un web décentralisé. Et ce n’est pas dit par n’importe qui puisque cela sort de la bouche de Larry Sanger, qui n’est autre que l’un des co-fondateurs de Wikipédia.

En 2001, Larry Sanger a cofondé Wikipedia, qui est devenue l’encyclopédie la plus importante et la plus consultée de l’histoire de l’humanité. Chaque mois, environ 1,5 milliard d’utilisateurs affluent vers sa vaste bibliothèque en ligne. Elle contient 5,8 millions d’articles traduits en 303 langues différentes. Si un jour Internet – ou même l’humanité elle-même – était anéanti, on se souviendrait sûrement de Wikipédia (par des extraterrestres peut-être) comme l’une de ses réalisations majeures.

Sanger, cependant, pense qu’elle craint.

Il est difficile de lire un article de bout en bout, dit-il. Non seulement parce que les articles sont secs et encyclopédiques, mais aussi parce qu’ils sont devenus … des sortes de Frankenstein d’articles.

Larry Sanger
Larry Sanger Everipedia

Sanger cite également d’autres problèmes. Les milliers de rédacteurs de Wikipedia, dit-il, ne paient pas un centime. Les contributeurs doivent se conformer à des règles de «notabilité» archaïques. Et ce qui est peut-être le plus significatif, le projet dans son ensemble est soumis à un récit libéral à prédominance occidentale.

Mais Sanger a une solution : son projet actuel, Everipedia. Ce dernier résoudra tout, en réimaginant Wikipedia… sur la blockchain.

Everipedia c’est quoi ?

Everipedia (créé par Theodore Vasilis et Sam Kazemian en 2014 et rejoint plus tard par le fondateur de Rap Genius, Mahbod Moghadam) consiste à placer la totalité de Wikipedia, et bien plus, dans une blockchaîne.

Le “et bien plus” signifie des choses qui ne relèvent pas des normes imposées aux éditeurs de Wikipedia. En effet Everipedia permet à quiconque de contribuer, tant qu’il est cité. Visitez le site vous-même. Vous y trouverez des chats, des memes, des influenceurs Instagram et même le pouce gauche de Larry Sanger. Bref tout le monde pourra y ajouter tout ce qu’il désire.

L’histoire de Sanger

Sanger a quitté Wikipedia en 2002, après avoir été frustré par ce qu’il disait être un manque de rythme des articles et un recours excessif à des experts douteux, entre autres. Citizendium, sa première tentative de se refaire, était censé être un «recueil citoyen» qui aurait inclus les noms réels des éditeurs. Mais après la prise de Citizendium par des homéopathes, il a mit au point un projet appelé GreaterWiki, dont le principe était de dresser des encyclopédies les unes contre les autres – afin que seuls les meilleurs wikis puissent gagner. Cela n’a jamais marché.

Puis il a croisé la route de Everipedia, en 2017, alors que le site n’avait que récemment surmonté quelques problèmes majeurs au démarrage. Son modèle de “laissez dire n’importe quoi à n’importe qui” avait étée mise à mal lorsqu’un rédacteur en chef malhonnête avait confondu le meurtrier de Charlottesville avec un homme innocent nommé Geary Danley. L’incident avait valu à Everipedia le surnom de «Wikipédia du faux».

Pourtant, cela a attiré l’attention de Sanger précisément à cause de ces problèmes. Ou du moins, les possibilités qu’ils ont ouverts. Pour Sanger, Everipedia a présenté une notion alternative de ce que l’exactitude devrait signifier – dans une base de connaissances complète, a-t-il estimé, il devrait y avoir place pour différentes interprétations des événements.
C’était l’idée derrière GreaterWiki.

A mon avis, nous devrions permettre aux gens d’avoir toutes sortes d’articles biaisés, dit-il. Non pas parce que j’aime les préjugés – en fait, je suis probablement le plus grand défenseur de la neutralité dans le monde – mais pour atteindre la [neutralité], vous devez laisser les gens libres de parler avec leurs propres préjugés de manière totalement neutre au sein d’un réseau techniquement géré sans politique éditoriale.

Larry Sanger

Et il pense que la technologie blockchain pourrait le permettre.
Certains pourraient dire qu’Everipedia ne fonctionne que sur EOS car (tout comme le fonds de capital-risque Galaxy Digital) ces derniers ont investis 30 millions de dollars dans le projet.

L’idée pour cet apport de 30 millions de dollars était de faire d’Everipedia un protocole sur la blockchain EOS, un protocole décentralisé qui stocke les données sur un réseau d’ordinateurs plutôt que sur un serveur central. EOS permet à Everipedia de prendre en charge une cryptomonnaie appelée «IQ», qui est émise lorsque les rédacteurs soumettent des articles (valeur actuelle d’un IQ = 0,003 €). Pour encourager une plus grande précision – et décourager les trolls néfastes – les éditeurs doivent placer ces tokens lors des modifications.

La “blockchainification” d’Everipedia a d’autres conséquences tangibles. Les rédacteurs, pour commencer, sont rémunérés pour leur travail. Selon Sanger, c’est loin de Wikipédia, dont les millions de contributeurs inscrits n’ont jamais reçu 10 cents.

Deuxièmement, IQ utilisera bientôt un modèle d’encyclopédie compétitive de style GreaterWiki. Tout le monde pourra soumettre sur la blockchain des versions concurrentes d’articles qui ne leur plaisent pas – blockchain sur laquelle la société n’exerce aucun contrôle centralisé.

Vous pouvez donc imaginer un article a propos de Donald Trump. L’article le mieux noté selon les démocrates serait très différent de l’article le mieux noté selon les républicains. Ou imaginez l’article le mieux noté concernant Dieu : selon les chrétiens, les athées, les musulmans, les hindous, … il serait très différent. Ce serait vraiment étonnant et amusant de comparer les différences nationales, culturelles, etc !

David Gerard de son côté, un sceptique de la blockchain et ancien porte-parole de Wikimedia, se défend contre ce qu’il considère être un opportunisme grossier.

Everipedia n’est pas populaire. Le projet n’est célèbre que pour avoir tort. Il semble taper dans le mille accidentellement. Mais il a pris le train à la mode de la blockchain. Et ils ont reçus 30 millions de dollars d’investissements sur la hype.

David Gerard

Les critiques de Gérard soulèvent cependant une question : concrètement qu’est-ce que l’on entend par “précision” de l’information ? Qui valide ou atteste de cette précision ? Qui a le bon point de vue ?

Sanger soutient que certains «faits» sont suffisamment anodins pour qu’ils puissent être pris pour argent comptant. Sanger se rappelle de sa propre page Everipedia, qui cite plusieurs articles de journaux le décrivant comme étant diplômé du Reed College, en Californie. “Je suis très confiant”, a-t-il déclaré, “que les journalistes n’ont pas vérifié les faits liés à cette affirmation”.

Related posts
Altcoins

Tron (TRX) rachète Coinplay, l'app store blockchain

Altcoins

Les meilleurs pools pour miner du Zcash en 2019

Altcoins

Basic Attention Token : valeur en hausse

Altcoins

Qurito : partage de savoir sur la blockchain

Recevez notre newsletter et restez informé



1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *