Actualités

Vers des ICO 2.0 ?

Crypto ICOs

Vous avez peut-être remarqué un mot clé. Ce que l’on appelle un titre est un instrument financier dans lequel quelqu’un peut investir. Il existe 2 grandes catégories de titres : publics et privés. Les actions vendues à la Bourse de New York sont des titres publics. Aux États-Unis, par exemple, pour vendre des actions à des investisseurs, il est nécessaire de s’inscrire auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) et de divulguer au public des quantités volumineuses d’informations. Se conformer à ces réglementations coûte cher, mais cela donne accès à un très grand marché où les échanges sont nombreux (ce qui en fait un marché «liquide» pour les investisseurs).

Lorsque l’explosion des ICO a commencé en 2017. Les organisateurs ont commencé à vendre des actifs numériques directement au public, et la grande majorité n’a pas pris la peine de s’enquérir au préalable auprès de la SEC des actions a mettre en place. Grosse erreur.

En février 2018, le président de la SEC, Jay Clayton, a déclaré au Congrès qu’il n’avait pas vu une seule ICO qui ne semblait pas avoir les caractéristiques d’un asset sécuritaire et devait donc être soumis aux règles de la SEC. Durant la suite de l’année, l’agence Clayton a engagé des poursuites contre un certain nombre de projets d’ICOs pour la vente de titres non enregistrés, ce qui a paralysé le marché.

Les ICO 2.0

Mais il existe d’autres règles qui permettent aux entreprises de proposer des solutions de sécurité privées plus petites. C’est dans ces règles que les partisans de la blockchain voient une opportunité à court terme de gérer ce qui serait essentiellement des ICO légales. Sorte d’ICO 2.0.

Les ventes de titres privés se heurtent à des restrictions quant aux personnes autorisées à acheter et à négocier, au nombre d’actionnaires possibles et au montant d’argent que les sociétés sont autorisées à collecter. Ainsi, une transaction typique doit passer par une longue ligne d’intermédiaires qui vérifient sa légitimité. Ce système «obsolète» (pour les fans de blockchain) rend les transactions lentes et inefficaces, explique Araby Patch, directrice marketing de Securitize, qui aide les entreprises à émettre des valeurs numériques.

Grâce aux blockchains, et plus particulièrement aux smart contracts basés sur des blockchains, bon nombre de ces contrôles peuvent être automatisés et les transactions peuvent avoir lieu beaucoup plus rapidement.

Par exemple, les tokens peuvent être conçus pour vérifier qu’un acheteur est éligible avant de laisser passer une transaction. Cela pourrait éliminer de nombreux intermédiaires et rendre la négociation de titres moins chère et plus rapide. De plus, les blockchains créent une piste d’audit inviolable de chaque transaction, facilitant ainsi le suivi et la vérification des actionnaires par les émetteurs.

Mais l’application phare sera la liquidité que les échanges d’actifs numériques réglementés fourniront aux marchés des valeurs mobilières privés, qui étaient traditionnellement «illiquides». La possibilité d’acheter et de vendre des actifs cryptographiques via les exchanges en ligne (dont beaucoup ne sont pas réglementés) ont certainement attiré des millions de personnes qui ont investi dans des premiers tours d’ICO.

C’est l’une des raisons pour lesquelles l’immobilier est souvent considéré comme une application convaincante pour la technologie. Imaginez, par exemple, que vous ayez investi dans la construction d’un complexe d’appartements. Si, à un moment donné, vous devez vendre votre part, il peut s’avérer très difficile de trouver un acheteur, ce qui vous obligera probablement à vendre au rabais. En théorie, il sera plus facile de trouver un acheteur sur un marché basé sur une blockchain. Vous aurez ainsi une meilleure chance de pouvoir vendre au prix fort.


Related posts
Actualités

Opera lance le 1er navigateur pour iOS supportant Web 3 et portefeuille crypto

Actualités

Le HTC Exodus-1 permet de stocker et échanger des cryptos

Actualités

Belfast va lancer une crypto spécifique à la ville

Actualités

Le Bitcoin arrive sur la montre Apple

Recevez notre newsletter et restez informé